Actualité

L'impression 3D alimentaire - Une ouverture vers de nouvelles perspectives...

Posté le 02 Déc. 2016


Personnalisation de produits, prototypage plus rapide et moins couteux : l’impression 3D est un outil indéniable pour l’innovation.
 
Mise au point dans les années 1990, cette technologie se développe rapidement depuis 2 à 3 ans, en raison de nouvelles machines, plus abordables financièrement. Elle permet de fabriquer un objet physique à partir d’un fichier numérique grâce à une machine capable de superposer des milliers de couches d’une matière donnée.
 
Les prouesses de l’impression 3D ne cessent de séduire l’industrie et l’agroalimentaire ne fait pas exception. Il y a à peine un an, à l’occasion de l’exposition universelle 2015 de Milan, la marque italienne Barilla faisait sensation en dévoilant la première imprimante 3D capable de fabriquer des pâtes. Issue de cinq années de recherche en partenariat avec l’institut néerlandais TNO Eindoven, cette machine encore à l’état de prototype continue de mobiliser les équipes R&D de Barilla.
 
Cependant, il est possible de trouver sur le marché aujourd’hui plusieurs machines proposant d’imprimer des aliments en 3D, pour diverses applications. Mais si cette technologie vous intéresse, sachez que le passage par le labo reste incontournable pour déterminer les paramètres de l’imprimante, selon vos ingrédients et les résultats souhaités car les imprimantes doivent être adaptées aux matériaux à imprimer… au même titre que les matériaux imprimés doivent être adaptés aux imprimantes 3D pour obtenir des préparations de qualité !
 
Il est évident que les industriels du secteur se penchent déjà sérieusement sur ce sujet pour tenter d’en exploiter tous les avantages. Mais il est essentiel de comprendre que tous les acteurs de l’alimentaire peuvent être concernés : artisans pâtissiers, restaurateurs…
 
Les marchés qui semblent être prometteurs aujourd’hui sont :

  • L’alimentation adaptée/personnalisée : personnes âgées, conditions extrêmes…

  • Personnalisation de produits : formes, couleurs, décoration sur mesure…

  • Produits nouveaux : nouvelles textures, nouvelles sensations, nouvelles fonctionnalités…

  • Fabrication directement par le consommateur.

 

A cela, s’oppose tout de même encore quelques contraintes :

  • La compatibilité des matières premières avec l’imprimante,

  • La vitesse d’impression encore insuffisante, notamment pour les industriels,

  • L’acceptabilité par le consommateur, particulièrement en France, pays attaché à sa gastronomie.

 
Cela étant dit, l’impression 3D alimentaire commence à se développer très fortement dans nos pays voisins… pourquoi pas chez nous ? Artisans, restaurateurs, industriels : n’hésitez pas à faire signe aux fablab, sociétés conceptrices et distributrices d’imprimantes 3D alimentaires et aux laboratoires de recherche pour faire de vos rêves de 3D une réalité !
 
Si ce sujet vous intéresse, adressez-vous au Pôle de Compétitivité VITAGORA, qui possède une antenne à Lons le Saunier et qui a organisé un Vitagora Café sur ce thème en septembre dernier. Retrouvez également un article du Pôle traitant de ce sujet en cliquant ici : http://www.vitagora.com/blog/


Partager cette page